Vers un emploi en poste

Vous travaillez en France et allez suivre votre conjoint-agent au titre du rapprochement familial : vous ne démissionnerez pas mais serez licencié (e), ce qui vous donnera droit au versement d’indemnités (Cf.« Protection sociale »).
 
Si vous avez un travail, vous devez respecter les règles déontologiques en évitant les emplois de complaisance, les abus de confiance et les prises illégales d’intérêt. Il faut veiller aux incompatibilités de fonctions au sein du couple (par exemple entre ordonnateurs et comptables) et éviter les liens de hiérarchie directe. A tout le moins, le conjoint ne doit pas tenter de contourner la hiérarchie du poste, ni chercher à jouer le rôle diplomatique de l’agent.
 
Le cadre réglementaire en poste  
La DRH du ministère axe ses efforts sur trois points pour aider les conjoints face au travail :
· Dans le cadre juridique de l’accès au travail à l’étranger, le MAE intensifie ses efforts en activant les signatures des notes verbales avec les pays concernés en plus des accords bilatéraux déjà signés.
 · Si le conjoint est fonctionnaire, le MAE essaie de faciliter les postes doubles à l’étranger et d’examiner la situation du conjoint à compétences égales dans le cadre des recrutements locaux.

Quel travail à l’étranger ?
Assurément, celui qui convient selon votre envie, votre formation, votre situation dans le pays à condition que tout s’inscrive dans le droit du travail local.
Mais sachez :
· Qu’il y a des professions dites « expatriables »
· Que l’on peut créer son entreprise à l’étranger.

Les accords bilatéraux
Votre conjoint-agent est en poste diplomatique à l’étranger : les accords passés avec certains pays permettent aux conjoints d’exercer à titre dérogatoire et pendant la durée de la mission de l’agent une activité salariée dans le pays d’accueil. La contrepartie est que le conjoint renonce aux droits et immunités diplomatiques dont il bénéficie en application de la Convention de Vienne. Vous les retrouverez le plus souvent, dès que vous n’aurez plus d’activité professionnelle.
Les conjoints de diplomates des Etats membres de l’Union Européenne peuvent travailler sans restriction dans un autre pays de l’U.E.

L’International Dual Career Network (IDCN)
L’IDCN regroupe des entreprises, des organisations internationales et des institutions. Son objectif principal est d’offrir aux conjoints et partenaires des informations sur les marchés de l’emploi locaux et de les mettre en contact avec des responsables des ressources humaines. Le MAEDI y a adhéré.
Tous les conjoints peuvent en profiter.

Des interlocuteurs variés
Sur place, renseignez-vous pour connaître la liste des interlocuteurs susceptibles de vous guider dans votre recherche d’emploi :
. les consulats ;
· les organismes humanitaires …

- https://www.pole-emploi.fr/informat...
- Organisations internationales : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/e...
- Les offres d’emploi du poste d’affectation : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/e...
- Les comités consulaires pour l’emploi et la formation professionnelle (via l’AFE : Assemblée des Français de l’étranger) : http://www.assemblee-afe.fr/comites...
- Les postes d’expansion économique : https://www.tresor.economie.gouv.fr...
- Les Alliances françaises : https://www.fondation-alliancefr.org/
- L’AEFE : l’Agence pour l’enseignement du français à l’étranger : http://www.aefe.fr/
- L’AFD : Agence française de développement : http://www.afd.fr/fr

IMPORTANT
Le Cindex
Une convention conjoint a été signée entre le MAE et le Cindex (Centre inter-entreprises de l’expatriation) en 2012 : elle permet aux conjoints des entreprises signataires de quitter leur emploi pour suivre leur mari-femme-partenaire pour une durée maximale de 5 ans, et de retrouver leur emploi ou un emploi équivalent à leur retour.
 
En savoir plus ?
www.diplomatie.gouv.fr > Conseil...
http://ec.europa.eu : EURES (portail de la Commission européenne sur la mobilité de l’emploi)
 
Ne négligez pas les réseaux tant personnels que professionnels.

Page mise à jour le mercredi 23 mai 2018