Soutien à l’allaitement maternel


Depuis 10 ans, je m’investis beaucoup bénévolement, entre autres dans l’information et le soutien à l’allaitement maternel. Y compris en poste.

Formation à distance
En 2009, j’ai posé ma demande pour devenir animatrice de La Leche League France. La Leche League est une association reconnue par l’OMS et l’UNICEF et présente dans plus de 70 pays. Je suis donc partie en famille à Kinshasa, avec les documents de formation, mais d’abord et surtout le mail de ma formatrice et une inscription à un groupe yahoo de plusieurs autres mères en formation. Cette formation à distance a ponctué l’année de notre arrivée, m’offrant un cadre pour m’investir et me développer en dehors de la logistique familiale et des missions boulot qui prennent toujours du temps à décrocher. Je suis devenue animatrice en juin 2010 et depuis, j’anime des réunions mensuellement là où je vis. En 2010, j’ai donc ouvert le groupe LLL Kinshasa, puis en 2012 le groupe LLL Paris Montmartre et depuis 2014, j’anime le groupe LLL Bamako.

Quelques cartons avec les livres et revues à prêter aux mères font systématiquement partis de nos déménagements. J’y glisse les cadeaux et mots formidablement émouvants que je reçois des mères de la dernière réunion du groupe. A Bamako, j’ai eu la bonne surprise de retrouver deux mères venues en réunion à Kinshasa. A Bamako comme à Kinshasa, j’ai communiqué sur les réunions via les réseaux expatriés mais je n’ai jamais bien réussi à passer l’information aux mères de mon quartier.

Mon regret est donc de ne pas avoir formé d’animatrices en RDC, mais je garde espoir pour le Mali. Il faut dire aussi que si les questions et difficultés potentielles d’allaitement sont universelles, le soutien « culturel » et familial à l’allaitement dans un pays, le Mali, où 90% des bébés sont allaités à 12 mois (taux remarquablement haut pour le continent africain) est bien plus important qu’en France où moins de 10% des enfants prennent encore le sein à 12 mois. A Paris, je réunissais bien plus de mères pour un moindre effort de communication. Et aujourd’hui encore, je reçois bien plus de questions par mail et téléphone de mères en France que de mères au Mali mais je constate aussi que le bouche à oreille fonctionne progressivement.

Le réseau des mères
Avec cet engagement bénévole, je donne beaucoup mais je sais et sens combien le réseau des mères et animatrices de La Leche League m’apporte un grand soutien que ce soit localement ou à distance, soutien de femmes à femmes qui va bien au-delà des questions d’allaitement. Je change de pays, mon réseau bénévole évolue et se renouvelle tout en restant le même grâce à une bonne connexion internet !

Marie-Florence Astoin Sadoulet
2016

Page mise à jour le mercredi 22 février 2017