Scolarité : cursus Made in France ou international ?

Lorsque nous partons en poste à l’étranger, nous sommes amenés en tant que parents à examiner les solutions éducatives et scolaires qui s’offrent à nos enfants.

La France a un large réseau d’écoles françaises à l’étranger mais il arrive que nous partions dans un pays non doté d’établissement scolaire français ou n’offrant pas des classes allant de la maternelle à la terminale. Se pose alors la question du choix de l’établissement, du type d’enseignement.

Des solutions existent, mais laquelle correspondra le mieux à nos enfants, à leurs projets ? La question est encore plus forte quand nos enfants passent le baccalauréat et qu’ils doivent envisager les études supérieures.

Si nous souhaitons maintenir nos enfants dans un cursus scolaire français, nous avons le choix entre les établissements français à l’étranger du réseau AEFE ou les cours par correspondance du CNED.
S’il n’y a pas d’établissement français (ou pas la classe correspondante), si nous ne souhaitons pas tenter l’expérience des cours par correspondance, nous pouvons inscrire nos enfants au Bac International, réseau qui accueille les enfants de la maternelle à la terminale.

1- Cursus public français
- La France, via l’AEFE(1), a « un réseau scolaire unique au monde constitué de 470 établissements établis dans 130 pays. Ces établissements sont homologués par le ministère de l’Education nationale française et proposent un enseignement conforme à l’exigence des programmes du ministère. Ils sont ouverts aux enfants français résidant à l’étranger et respectent les programmes applicables dans les établissements d’enseignement public français et préparent aux mêmes examens et diplômes que ceux-ci ».

S’il n’y a pas d’établissement scolaire français ou homologué par l’AEFE dans votre pays d’affectation, vous pouvez inscrire vos enfants aux cours par correspondance du CNED. (2).

- Le CNED « assure, pour le compte de l’Etat, le service public de l’enseignement à distance ». Il dé- pend du ministère de l’Education nationale et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Les programmes et les diplômes sont les mêmes que pour l’hexagone.
Par ailleurs, « l’établissement signe des conventions de collaboration pédagogique avec les établissements français de l’AEFE et de la Mission laïque française (MLF) en vue de proposer des formules de scolarisation répondant au mieux aux besoins locaux des populations scolaires et des parents ».

Dans ces deux cas, nos enfants, quelle que soit la classe dans laquelle ils sont, n’auront aucun problème pour réintégrer une école à leur retour en France. Les diplômes délivrés sont ceux de l’Education nationale française.
Pour les élèves qui passent le bac, les procédures d’APB (Admission post-bac) sont les mêmes que pour les élèves en France.

2- Cursus international
S’il n’y a pas d’établissement français ou si vous ne souhaitez pas inscrire vos enfants au CNED, reste la solution du Baccalauréat International (3).

Le Baccalauréat International (B.I.) est une fondation éducative EDUCATION 29 A QUAI sans but lucratif fondée à Genève.
Contrairement à son nom, ce programme n’est pas destiné aux seuls lycéens ; c’est un cursus destiné à des élèves âgés de 3 à 19 ans qui se présente sous la forme d’un continuum de trois programmes. L’organisation collabore actuellement avec 3 247 établissements scolaires dans le monde ; plus de la moitié d’entre eux sont des établissements publics.

« Trois programmes offrent une éducation continue allant de la maternelle à la fin des études secondaires. Les établissements scolaires peuvent choisir d’offrir chacun de ces programmes de manière autonome ou de tous les offrir pour qu’ils forment un continuum.

  • Le programme primaire s’adresse aux élèves âgés de 3 à 12 ans.
  • Le programme de premier cycle secondaire est destiné aux élèves âgés de 11 à 16 ans.
  • Le programme du diplôme, destiné aux élèves âgés de 16 à 19 ans, est un programme d’études de deux ans menant à des examens finaux et à un diplôme... »(3). Au cours de ces deux années, les élèves étudient six matières choisies dans les six groupes de matières.

Un diplôme de nature privée
Le diplôme délivré est de nature privée ; assurez-vous avant de choisir le B.I. que le diplôme sera reconnu sans difficulté par les établissements supérieurs dans lesquels iront vos enfants. Cette reconnaissance s’appuiera sur un examen des options retenues par vos enfants dans leur programme scolaire du B.I. ; ces options doivent donc se rapprocher au maximum du programme français.

A propos de la reconnaissance du diplôme
En 2009, un sénateur s’inquiétait auprès de la ministre de l’Education nationale de la reconnaissance du diplôme B.I. en France et de quelques difficultés rencontrées par des bacheliers pour s’inscrire dans certaines universités françaises(4). La réponse du ministère de l’éducation nationale a été la suivante :
« Le baccalauréat international (B.I.) délivré par l’office du baccalauréat international à Genève est un diplôme de nature privée. Il bénéficie à ce titre, pour la poursuite d’études supérieures en France, de la reconnaissance accordée aux diplômes de fin d’études secondaires étrangers (…) Le baccalauréat international bénéficie donc d’un régime favorable pour la poursuite d’études supérieures en France, quelle que soit la nationalité du candidat, mais reste soumis à la procédure d’inscription sur dossier. Cette procédure trouve sa justification, d’une part, dans la nécessité d’examiner le contenu pédagogique du diplôme, très diversifié selon les options choisies par son titulaire. D’autre part, il apparaît difficile d’accorder à un diplôme privé l’avantage d’un accès automatique aux études supérieures, dont ne bénéficient pas les diplômes de fin d’études secondaires de la plupart de nos partenaires étrangers. Pour les titulaires français du baccalauréat international, leur dossier fait l’objet d’un examen bienveillant par les établissements d’enseignement supérieur, dès lors qu’il apparaît que ces candidats se trouvaient dans l’impossibilité matérielle, faute d’établissement d’enseignement français dans leur proximité, de se présenter aux épreuves du baccalauréat français » (5).

(1) www.aefe.fr L’AEFE est un établissement public national placé sous la tutelle du MAEE. Pour trouver un établissement du r seau d’enseignement français à l’étranger, cliquer sur la rubrique « Rechercher un établissement ».
(2) www.www.cned.fr. Pour trouver la liste des établissements conventionnés avec le C.N.E.D. ayant signé une charte d’agrément qualité, cliquer sur International en bas de la page d’accueil.
(3) www.ibo.org/fr Cliquer sur Découvrir les programmes de l’IB ou sur Découvrir l’IB. Les programmes y sont détaillés et vous trouverez la liste des pays dans lesquels il y a des établissements de l’IB.
(4) Question écrite n°07721 de Richard Yung, JO Sénat du 05/03/2009 page 544.
(5) JO Sénat du 17/09/2009 - page 2206 www.senat.fr/questions/base/2009/ qSEQ090307721.html

Galerie

Page mise à jour le lundi 13 février 2017