Santé : Ebola : Conseils aux voyageurs et l’évolution du virus au Mali

Si vous résidez dans un pays où sévit actuellement l’épidémie de fièvre hémorragique virale Ebola (Guinée, Sierra Leone, Libéria) ou au Mali, où des cas ont été recensés, et que vous rentrez prochainement en France, vous pouvez consulter le site suivant :
http://ebola.sante.gouv.fr/que-faire-si/

Sur ce site régulièrement mis à jour, vous trouverez les recommandations du Ministère de la santé et des fiches “Conseils aux voyageurs” - départ et retour.

Marie-Florence Astoin Sadoulet, notre correspondante à Bamako, fait le point sur l’évolution du virus au Mali : « Du 23 octobre 2014, date de la confirmation diagnostique du premier cas d’Ebola au 27 novembre 2014, le Mali a enregistré 8 cas, dont 6 décès et 2 malades encore en traitement.

A Kayes, une petite fille originaire de Guinée a été diagnostiquée et prise en charge dès son arrivée. Elle est décédée. Aucune des 108 personnes ayant été en contact avec cette petite fille n’a été contaminée.

A Bamako, un imam tombé malade et enterré en Guinée, est décédé à la clinique Pasteur, clinique privée du centre-ville, fréquentée aussi par les expatriés, sans que l’alerte soit donnée dès son hospitalisation. Il a contaminé 8 personnes : 6 sont décédées et 2 en cours de traitement. Parmi les « personnes contact », 285 sont encore suivies et 20 ont été l’objet d’un examen biologique, ce de manière rapide puisque Bamako dispose d’un laboratoire pouvant rendre des résultats en moins de 4h.

L’analyse de la situation permet d’avoir une vision modérément optimiste de l’évolution de l’épidémie. En effet, le suivi rigoureux des contacts laisse espérer l’identification de tous les cas et leur mise en traitement dès l’apparition des premiers signes, sans nouvelle contamination.

Cependant un risque majeur persiste : il est lié à la présence d’un foyer actif d’Ebola à Kourémala, lieu de passage le plus utilisé entre les 2 pays. Enfin, la porosité des quelques 800 km de frontière qui séparent le Mali de la Guinée laisse craindre le passage de nombreuses personnes contaminées. Aussi longtemps que des cas d’Ebola séviront en Afrique de l’Ouest, et notamment en Guinée, le Mali pourra être l’objet de nouvelles contaminations.

Le départ d’un foyer épidémiologique au cœur de Bamako a créé de vives inquiétudes dans toutes les communautés. De nombreuses sensibilisations ont été faites pour rappeler le mode de transmission du virus : contact direct avec les fluides corporels d’une personne malade avec symptômes, notamment fièvre. Les personnes contaminées par Ebola jusqu’ici ont été des professionnels de santé non protégés en contact avec des malades, des proches des malades, ou encore des personnes en charge des corps après les décès. Les communautés bien informées sont ainsi très peu à risques. De plus, des mesures de protection de base ont été mises en place dans de très nombreux lieux à Bamako : lavage des mains et prise de la température.

Il n’en reste pas moins qu’ici ou en France, même si Ebola est incomparablement moins risqué que la malaria (ou encore les accidents de voiture, les maladies cardio-vasculaires ou la dépression pour les communautés expatriées), ça fait très peur. (…) ».

Page mise à jour le mardi 2 décembre 2014