Revue de presse : ‘Les 5 pièges à éviter pour réussir son expatriation’

Le magazine français L’Express - Réussir a publié un numéro spécial intitulé ‘Expatriation : oser le monde’ en janvier. Un article a particulièrement retenu notre attention dans cette publication. Résumant les ‘5 pièges à éviter pour réussir son expatriation’, il liste cinq mauvaises raisons de partir. La psychologue et coach de vie Magdalena Zilveti Chaland, qui a présenté son ouvrage ‘Réussir son expatriation’ à l’AFCA en novembre, est citée à plusieurs reprises dans cet article.

Voici donc, selon L’Express cinq attitudes ou comportements qui pourraient mettre en péril une expatriation ou en tous cas, la rendre difficile :

  • Partir pour fuir : les auteurs de l’article déconseillent d’envisager l’expatriation comme un moyen de fuir - ses difficultés ou une façon de donner un coup de fouet à son couple. « Les "bons" moteurs ? L’envie de découvrir, s’enrichir, construire. Autrement dit, formulez des objectifs positifs ».
  • Négliger l’intérêt de la famille : L’Express souligne qu’ « il est fréquent qu’un des deux conjoints soit davantage porteur du projet. Mais ce n’est pas une raison pour que l’autre s’efface. "J’entends souvent des conjoints dire : "Je me mets entre parenthèses, de toute façon on n’est là que pour deux ans" décrit Magdalena Zilveti Chaland. Mais on n’est jamais entre parenthèses ! Il faut réfléchir aux bénéfices de cette expérience pour son couple, sa famille et soi-même. Et faire preuve de créativité." ». Il est aussi important d’impliquer les enfants dans le projet d’expatriation.
  • Arriver en terrain conquis : il faut savoir que s’expatrier demande beaucoup d’énergie, autant sur le pan professionnel que sur le plan des relations personnelles : « Pour l’entourage amical, rien ne va "venir tout seul, martèle Magdalena Zilveti Chaland. Il faut être acteur de son expatriation, aller voir des gens, oser." »
  • Sous-estimer le choc culturel et personnel : « L’étranger est "une aventure", rappelle Marc Boudin. "Avec les facilités de transport et de communication, on a l’impression que le monde est à portée de main. Mais la mentalité et la façon de vivre seront forcément différentes." Prudence, ce sera aussi le cas dans des contrées dont on pense maîtriser les codes... », explique le magazine. Les futurs expatriés sous-évaluent souvent l’impact que va avoir l’expatriation sur leur vie personnelle.
  • Idéaliser le pays : L’Express met en garde : « Ne vous fiez pas aux récits, parfois biaisés, des internautes les plus dithyrambiques. S’installer ailleurs n’est pas une garantie de succès et la félicité ne va pas vous tomber dessus dès la descente de l’avion... (…) La clé ? Ne pas trop attendre d’un pays. Car, résume Laëtitia Duc, "le bonheur n’est pas un lieu, c’est un état d’esprit." ». 

Page mise à jour le jeudi 4 février 2016