Départ en poste : les conseils donnés lors de la matinée mobilité de l’AFCA du 6 mai

Les représentants de la Banque Transatlantique, de la Mutuelle des Affaires étrangères et européennes, d’Al Conseil et de la CFE invités par l’AFCA ont donné des conseils utiles aux vingt-et-un conjoints présents.
Maryline Navarro et Clément Caramante ont d’abord présenté la Banque Transatlantique et ses spécificités pour la gestion bancaire en international, notamment pour la gestion de son patrimoine. Ils ont ainsi abordé la question de la résidence principale, soulignant le fait qu’il fallait se poser des questions à ce sujet avant le départ (la garder inoccupée, louer ou vendre).

Sur la question de l’épargne, ils ont souligné que les conjoints devaient penser à épargner pour leur retraite. Concernant la protection du conjoint et de la famille, elle peut se faire au travers de divers supports : contrat d’assurance vie, contrat de prévoyance, complémentaire santé… (voir pièce jointe).

Powerpoint - 3.4 Mo
Départ en poste BT mai 2014

Partenaire privilégié du MAE dans le domaine de l’assurance maladie depuis de nombreuses années, la Mutuelle des Affaires étrangères et européennes (MAEE) a présenté ses services aux conjoints présents. Eric Meadmore et Carine Bisi ont insisté sur l’importance d’avoir une mutuelle : « Il est totalement imprudent, surtout si vous avez des enfants, de partir à l’étranger sans mutuelle ».

La MAEE s’appuie sur le réseau Intermutuelle Assistance, qui offre une prise en charge intégrale. Les cotisations à la MAEE dépendent des salaires. Pour les conjoints d’agents qui ne travaillent pas et sont donc ayant-droit, il faut compter une moitié de cotisation (75% de la cotisation pour un conjoint qui travaille).

« Quand vous êtes en poste, si vous partez en congés et devez subir des soins inopinés, ils sont pris en charge sans problèmes. Mais si vous partez en séjour programmé plus de deux mois hors du pays d’affectation et que vous faites des soins quotidiens, non urgents, ils ne seront pas pris en charge par la Mutuelle. C’est la réglementation de la sécurité sociale’ , a souligné Carine Bisi.

Yann Connan, de la Caisse des Français de l’Etranger (CFE), a ensuite présenté la CFE, faisant ressortir que la CFE offrait la possibilité à tous les expatriés de continuer à avoir une protection sociale à la française. Organisme de sécurité sociale, la CFE est une entité privée qui a une mission de service public.

Yann Connan a également expliqué comment les conjoints pouvaient continuer à cotiser pour leur retraite lors d’un séjour à l’étranger pendant lequel ils ne travaillent pas (en tant que parent chargé de famille, pour 834 euros par trimestre, ou en tant qu’ancien assuré obligatoire, pour une cotisation qui prend en compte les revenus des 6 derniers mois avant le départ). « Si vous reprenez une activité à l’étranger, vous allez pouvoir cotiser à la retraite en tant que salarié », a-t-il précisé.

Yann Connan a aussi rappelé qu’il n’était pas possible de racheter des trimestres de cotisations pour la retraite pour des périodes où l’on n’a pas été salarié : les conjoints qui partent à l’étranger et ne travaillent pas doivent donc cotiser à la CFE pendant leur séjour s’ils veulent que ces trimestres soient pris en compte pour le calcul de leur retraite. (voir pièce jointe)

PowerPoint - 811.5 ko
Présentation CFE

Aurélie Lacoste, d’Al Conseil, en enfin abordé l’étape primordiale du déménagement et présenté son activité de conseil dans le choix du transporteur. A ce sujet, elle a rappelé le fonctionnement de l’ICR (Indemnité de changement de résidence), dont 80% sont versés 6 à 8 semaines après la date de la nomination et les 20% restant dans les 6 mois après le déménagement, sur présentation du justificatif de transport et de la facture.

“L’idéal est de chiffrer tout ce que vous avez l’intention d’emporter et d’obtenir des informations du poste où vous allez, qui vous aidera à choisir par exemple entre une expédition par voie aérienne ou maritime”, explique Aurélie Lacoste. Comptant 25 années d’expérience dans ce domaine, dont 20 au sein de l’Agence de Voyages du MAE, elle connaît bien les spécificités de chaque destination et les prestataires du secteur et aide à trouver les meilleures solutions. Compétent aussi bien pour des déménagement de France à l’étranger que pour les retours en France et les déplacements de poste à poste, Al Conseil offre également à ses clients des services de stockage et de garde-meubles.

“La coordination est importante. En fonction de la destination, il faut que l’agent soit sur place pour entreprendre les démarches et formalités douanières locales. Si le déménagement arrive trop tôt, il va y avoir des frais de stockage”, conclut Aurélie Lacoste. Pour ceux qui partent cet été, il est bon de commencer à se préoccuper de leur prochain déménagement au mois de mai.

Page mise à jour le dimanche 18 mai 2014